• Bérénice Tarcher

La lessive 2 fois par an


Bérénice Tarcher - Guide conférencière visite guidée privée Châteaux de la Loire - Blois - Loir-et-cher - tourisme -  Tours
Lavoir de Cour-sur-Loire


On estime à l’heure actuelle que la machine à laver nous fait gagner jusqu’à 15 heures par semaine… mais elle n’existe que depuis la fin du XIXe siècle. Autant dire que la lessive fut pour beaucoup un cauchemar quotidien pénible et polluant.

Comment faisaient donc nos ancêtres ?


Laver son linge n’est pas nouveau

Depuis l’antiquité le savon est connu pour nettoyer le corps tout comme le linge de maison et les vêtements. Le savon est à la base composé de suif (graisse animale, cendres de bois, plantes). Parfois l’urine d’animal sert d’agent nettoyant. Que ça soit chez les grecs ou chez les romains par exemple la lessive se fait dans des ateliers à foulons.

Au Moyen-Age et à la Renaissance, on devient moins à cheval sur l’hygiène. Pourtant on préfère toujours changer de chemise que de se laver (pour les plus riches). A 2 lessives par et une chemise par jour environ, le calcul est vite fait et le résultat est faramineux pour les serviteurs qui se chargeaient des lessives. Pour les gens du peuple, on attendait plusieurs mois pour laver ses habits.


Les lavandières

Vous ne trouverez que des femmes sur les photos anciennes. C’est un travail qui faisait partie de leurs nombreuses tâches ménagères. Une lavandière est donc une femme qui lave le linge à la main.


Le lavoir de quartier

Les lavoirs sont des espaces publics ou privé qui permettent aux habitants de laver leur linge. Ils sont en général composés de plusieurs bassins alimentés en eau avec de grands étendoirs. C’est vers le XVIIIe siècle que les lavoirs se multiplient en France, ce qui permit à l’hygiène de progresser dans toutes les classes sociales.

Ils jouaient également un rôle social ! Rare lieu de rencontre où les femmes pouvaient se réunir et discuter.


Une technique bien rodée

Il y a deux types de lessives au 19e :

- La grande = 1x / an (linge de maison)

- La petite = 1x / semaine (vêtements)


Faire la lessive se disait « faire la buée », c’est d’ailleurs de ce dérivé que vient le mot buanderie. En fonction du volume de linge les grandes lessives pouvaient durer plusieurs jours, ces jours portaient les jolis noms de « purgatoire », « enfer » et « paradis ».


Tout commence à la maison avec..

  • Le triage : blanc d’un côté, torchons de l’autre, les couleurs, les laines…

  • Le trempage : Prélavage fait à l’eau froide pour éliminer la crasse

  • Le coulage : Dans un cuvier de l’eau bouillante avec du savon était versé sur le linge. Au fond du cuvier se trouve une bonde empêchant l’eau de sortir. On récupérait cette eau et on recommençait l’opération (le temps qu’il fallait, parfois une journée entière) jusqu’à ce que l’eau soit marron.


La suite c’est au lavoir, on transportait le linge mouillé dans des brouettes…

  • Le battage : Agenouillée dans une caisse en bois, la lavandière battait le linge avec un battoir (large spatule plate) et le frottait avec une brosse.

  • Le rinçage : Le linge est rincé à l’eau froide dans le bassin.

  • L’essorage : On tord le linge à la main.

  • L’azurage : Parfois on pouvait plonger le linge dans un baquet contenant une poudre bleue (de l’indigotier) servant à blanchir le linge.

Enfin retour à la maison pour le mettre à sécher soit à l’air libre ou à l’intérieur. Bien sûr toute la rapidité du travail dépendait de la quantité de linge. Ainsi on pouvait effectuer plusieurs aller-retour au lavoir qui se trouvait parfois loin du domicile.


La réalité

Etre lavandière était un travail pénible et répétitif. Le transport du linge mouillé qui augmente considérablement son poids était très compliqué pour les lavandières. Les plus grandes lessives comptaient jusqu’à 70 draps et 70 chemises et pouvaient durer ainsi plus d’une semaine. Il faut attendre 1940 pour voir la fin de cet esclavage quotidien.


La lessive est une histoire longue et fastidieuse qui nous rappel l’utilité de nos machines actuelles…


➡️ https://www.berenicetarcher.com/


A bientôt,

Bérénice Tarcher ✨


#chateaudelaloire #regioncentre #regioncentrevaldeloire #anecdote #histoire #loiretcher #igers_valdeloire #tourainevaldeloire #mafrance #visiteculturelle #tourismelocal #tourismevert #jardin #patrimoinehistorique #bloischambord #chateau #valdeloire #francetourisme #guide #guideconferencier #slowtourisme #private #transmission #culture #patrimoine #histoiredefrance #mediationculturelle

0 commentaire

Posts récents

Voir tout