top of page
  • Bérénice Tarcher

Henri II, l'accident bête


Henri II fut roi de France de 1547 à 1559 et était connu pour être un dirigeant courageux et déterminé. Il a mené de nombreuses campagnes militaires et a réussi à renforcer la position de la France sur la scène internationale.

Pourtant le 10 juillet 1559, le roi meurt à la suite d’un accident particulièrement spectaculaire !


Portrait d'Henri II (1519-1549)
Quand ça tourne mal !

En cette fin de juin 1559, Henri est en pleine festivité. La cour célèbre 2 mariages, celui de sa sœur Marguerite de France et sa fille Elisabeth. Pour l’occasion, proche de l’hôtel des Tournelles (Paris – Quartier du Marais) plusieurs activités ont lieux et notamment un tournoi de joute comme le veut la tradition.

Henri se prête au jeu et décide de ne pas tenir compte des prédictions de Nostradamus (Grand astrologue) et du rêve prémonitoire de la reine Catherine de Médicis.


« Le lion jeune le vieux surmontera, en champs bellique par singulier duelle, dans cage d’or les yeux lui crèvera, deux casses une puis mourir mort cruelle. »



Joute équestre

Ainsi le roi enfourche son cheval et fait montre de sa puissance devant la cour. Il accepte un dernier tournoi afin d’impressionner sa maitresse Diane de Poitiers. Malheureusement, c’est le duel de trop, son adversaire le duc de Montgomery pointe sa lance trop haut et transperce le casque du roi. La lance en bois se casse et une partie se loge profondément dans l’œil . Ce dernier chute devant une assemblée pétrifiée !


Une longue agonie

Le roi ne meurt pas sur le coup, il va agoniser durant plusieurs jours et finir par décéder d’une infection. Pourtant, il faut noter les nombreuses tentatives des médecins pour le sauver. Le plus connu Ambroise Paré, demande qu’on exécute 6 condamnés à mort et qu’on lui apporte leurs têtes pour s’entrainer. En vain ! La nouvelle de la mort d'Henri II a été un choc et a suscité de nombreuses émotions dans un royaume qui vient à peine de s’apaiser sur le plan politique.


Drôle de coïncidences

Si l’on reprend la prédiction de Nostradamus, l’évènement parait bien plus troublant. L’astrologue avait mis en garde plusieurs années auparavant le roi en lui conseillant d’éviter le combat en champs clos, en particulier autour de sa quarantième année. S’ajoute à cela, le troisième adversaire du roi, Montgomery, l’empereur Charles Quint avait mis en garde la cour sur un « signe néfaste » qui aurait présagé la mort d’un prince à la fleur de Lys… Pour couronner le tout le cheval du roi portait le nom de « Malheureux » !

Si on n’appelle pas ça un combo gagnant ?


Afin de conjurer le mauvais sort, Catherine ordonna la destruction de l’hôtel de Tournelle. Il faudra attendre le règne d’Henri IV pour que l’emplacement devienne l’actuelle place des Vosges. La succession au trône n’a pas été de tout repos. Trois de ses fils ainsi que Catherine prendront à tour de rôle les rênes du pouvoir.


Mais nous verrons tout ça très bientôt ensemble !


A bientôt,

Bérénice Tarcher ✨


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page